Index arrow International arrow Guerres et tyrans

Guerres et tyrans
Ainsi avance l'Histoire... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
09-11-2011

Mais comment font-ils pour être aussi mauvais? Sérieusement? Juste WTF?

Donc la France, une fois de plus, se rédiculise auprès des américains. Problème, c'est sur un sujet sensible: Israël, entres autres. Une grossière erreur d'organisation a en effet permis a des journalistes présents lors du G20 de "surprendre" une conversation qui aurait du restée privée entre Sarkozy et Obama.C'est arret sur images qui a révélé la teneur un peu délicate des propos échangés, et, bien sur à partir de là , tout le monde s'y est mit , citant le confrère. Un grand moment de grandeur de la presse.

 «Je ne peux plus le voir, c’est un menteur», a lâché le président français au sujet du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. «Tu en as marre de lui, mais moi, je dois traiter avec lui tous les jours!», lui a rétorqué son homologue américain.

 FAIL diplomatique. Joli, évidemment, l'info a fait le tour du monde, mettant en délicatesse la diplmatie américaine comme celle de la France — encore que cette dernière soit suffisament morte pour ne plus rien sentir à ce stade — et, pour l'heure, toujours aucune réation du ministre israëlien. Peut être, comme beaucoup, est-il au courrant de la réputation que se traine Sarkozy de toujours parler dans le dos des gens dès qu'il rencontre l'un de ses homologues. En tous cas, pour l'heure, il 'na pas rapellé son ambasadeur. C'est déjà plus ou moins ça... Les sondages donnant Sarkozy perdant aux prochaines présidentielles, peut-être ne voit-il pas l'intéret d'envenimer d'avantage la situation pour quelques mots malheureux de la part d'un parvenu que les français devraient en toute logique dégager de l'Elysée dans moins de 6 mois. Ou quelques autres raisons qui lui appartiennent.

 Sarkozy s'est exprimé ainsi : «Ce fou de Papandréou nous sort son référendum. C'est parce qu'il est dépressif, ça sert à rien de lui taper dessus. Il est déjà à terre. Knockout».

Celle la encore à le mérite d'être claire. En appeller au souverain peuple serait un des symptomes de la dépression chez les chefs de gouvernement? Vite!! Cache-lui ses boites de Lexomil! Pour un préssident dépressif MAINTENANT! Arhhhhg!

 En bref, un épisode lamentable et ridicule de plus dans la sarkozie.

Encore heureux que ce type ne s'occupe pas trop de choses sérieuses, avec une telle proportion à ne pas s'encombrer des précautions les plus élémentaires, nous aurions fort à craindre si de sujets sensibles il pouvait s'agir (comme par exemple en temps de guerre, ou des espions et de véritables pirates entrent en jeu, et ou la confidentialité des écahnges est primordiale...) Objectivement, je ne pensais pas que l'on pouvait arriver si haut en fonctions et faire a ce point preuve de si peu de précautions. Mince! Je fais plus attention que lui quand je téléphonne à ma mère! Juste une autre dimension...

Enfin, tant que nous pouvons en rire, il vaut mieux. 

 
Chant officiel des « Marines » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
02-09-2011

L’hymne des Marines

 

Chant officiel des « Marines »
(Fusiliers marins) des États-Unis

1879

 


Des murs de Montezuma
Aux rives de Tripoli
Nous nous battons pour notre pays
Dans les airs, sur terre ou sur mer
Les premiers à se battre pour le Droit et la Liberté
Et pour garder intact notre Honneur
Nous sommes fiers de prétendre au titre de
Marines des États-Unis

Notre drapeau déployé à tout vent
De l’aube jusqu’au couchant
Nous nous sommes battus partout, quel que soit le temps
Partout où nous pouvions amener un fusil
Dans la neige des lointaines terres du Nord
Et sous les paysages des Tropiques
Nous sommes toujours sur la brèche, nous
Les Marines des États-Unis

A ta santé et à celle du Corps
Que nous sommes fiers de servir
Au cours de plus d’un combat nous nous sommes battus pour notre vie
Et nous n’avons jamais perdu notre sang-froid
Si l’Armée et la Marine
Jettent un coup d’œil au Paradis
Ils verront que les rues y sont gardées
Par les Marines des États-Unis