Index arrow Economie arrow Spéculation

Spéculation
Et puis quoi, encore? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
09-11-2011

Aujourd'hui, mercredi, les bourses sont de nouveau à la baisse. Pourquoi? Parce que les spéculateurs ne sont pas débiles, ils savent bien qu'elles ne pourrons jamais atteindre les niveaux passés et qu'il y a lieu de spéculer sur des petits écarts. Une hausse de 3%, une baisse de 2.5%, re une hausse de 1.8%, puis de nouveau une baisse de 3.4%. Spéculation, on a dit, pas investissement. Le but est de parier, pas d'investir. D'ou un marché très volatile et sans direction depuis quelques mois.

Et bien, non. Il faut croire que ce détail (le marché n'a pas de direction nette depuis début aout, quand même, et nous sommes en novembre) à échappé à plus d'un. Par contre,il y a un fait qui n'a pas échappé à la doxa ambiante, j'en veux pour preuve Boursorama - qui me ferait bien rire si ce n'était pas si tragique:

Les Bourses européennes se retournent à la baisse mercredi en milieu de matinée, l'incertitude entourant le départ du président du Conseil italien Silvio Berlusconi accentuant la nervosité des investisseurs.

Une fois de plus, que faut-il comprendre? Que Berlusconi, en temps qu'élu du peuple (enfin, entre gros guillemets, mais là n'est pas le problème) à des comptes à rendre au marchés? Oui. Nous en sommes là. Et encore, sans aucune pudeur. Les réactions étaient d'ailleurs bien pire à l'occasion de l'annonce du référendum grec par Papandréou. Juste lamentable.

Ce qui est plus lamentable encore, c'est qu'aucun de nos grands médias ne bronche. Fais acquit: les aléas des marchés sont à prendre en compte pour diriger les états, missioner ou démissioner des responsable, organiser ou annuler un référendum. Et c'est presque normal dans la paysage moderne.

De là a se demander ou en sont nos démocraties...

 
Boursorama cite Paul Jorion Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
19-08-2011

Boursorama se met à citer du Paul Jorion!!! C'est certes par l'intermédiaire d'une dépèche de l'AFP... Mais, quand même, petite note comme quoi le message maintes fois répété depuis plus d'une décénie commence doucement à passer, faire son chemin, toussa.

Évidemment, ce n'est pas encore l'apothéose, mais il ne faut pas aller trop vite en besogne:

shadok au marteauLe problème est qu'il peut aussi très bien acheter un CDS sur de la dette grecque sans pour autant en détenir. «C'est exactement comme si je m'assurais contre un incendie sur une habitation dont je ne suis ni propriétaire ni locataire. J'ai tout intérêt à ce que cette maison prenne feu pour toucher la prime», explique Paul Jorion, auteur de plusieurs ouvrages dont «Vers la crise du capitalisme américain» (Editions du Croquant). «Les CDS sont dévoyés, ils sont aujourd?hui majoritairement utilisés pour spéculer sur la faillite des Etats. Ainsi, des fonds spéculatifs n'ayant jamais investi un euro en Grèce les ont utilisés pour parier sur la faillite de ce pays», explique cet ancien trader. Et de mettre en garde contre un danger d'autant plus grand que ces prophéties sont souvent «auto-réalisatrices». Plus la demande de CDS sur un pays est forte, plus les marchés vont croire qu'il est proche de la faillite, plus le taux auquel ils lui prêteront de l'argent sera élevé, ce qui mettra cet Etat en position délicate pour se financer.

Alors, à quand une dépêche relatant les mérites de la proposition phare de Paul, à savoir l'interdiction des paris sur les fluctuations de prix? J'attends avec une certaine impatience, j'avoue...

 
F* de G* Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
18-08-2011

Alors donc, les places boursières ont encore dévissé aujourd'hui. Je flane ici et là, et je tombe sur cette théorie fumeuse:fumeux

« Une banque française a dit que peut-être une erreur de manipulation était en cause, mais sans donner de détails », a indiqué à l'AFP Markus Huber, opérateur chez ETX Capital, en utilisant le terme de jargon boursier « fat finger ». Cette expression désigne une faute de frappe d'un courtier qui le conduit à passer un ordre plus important que ce qu'il aurait souhaité. "Cela se serait produit à propos de contrats à terme sur le Dax", ou "futures", a-t-il ajouté. Christian Schmidt, stratège de la banque Helaba, faisait lui aussi état de ventes massives de contrats à terme sur le Dax, qui auraient entraîné l'indice dans une spirale baissière. La faute de frappe « est l'une des explications possibles », a-t-il dit à l'AFP, évoquant une erreur dans la formulation d'un prix par un opérateur.

Donc, un type quelque part fait une faute de frappe et c'est malheur. Juste, mais c'est quoi cette explication? Sérieusement? Le monde est en partie régit par un système de marchés mondiaux qui peut se casser la figure et perdre jusqu'à 6% en un seul jour parce qu'un type fait une faute de frappe? Et ÇA est une «explication possible»???!!!

Mais WTF?

Autre formulation, encore plus craignos, dans un encadré de l'express:

Selon un opérateur de marché allemand, la dégringolade du Dax de ce jeudi pourrait être due à une erreur de manipulation de cours, entrainant avec elle la plupart des places financières européennes. "Une banque française a dit que peut-être une erreur de manipulation était en cause, mais sans donner de détails", a ainsi déclaré à l'AFP Markus Huber, opérateur chez ETX Capital. 

Il faut bien distinguer les « erreurs de manipulation des cours » et les « réussites de manipulation des cours », ou qu'est-ce à dire? (GNÉ?)

Du grand n'importe quoi, et ils osent encore et toujours se prendre au sérieux. C'est juste surréaliste...

 

 

 
WTF? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
12-08-2011

No comment.

 

nymp'

 

 
Bougez pas, je décroche la corde Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
11-08-2011

Boursorama persiste dans le running gag.

A 14h, soit avant l'ouverture de Wall Street, c'était toujours le cauchemar sans nom. Le secteur bancaire s'effondrait et tout le monde pleurait, certains articles avaient étés "mis à jour", etc. Mais un certain progrès semblait de mise, en ce sens que le titre de la une correspondait plutôt bien au graphique. Moins drôle qu'hier, donc, même si nous remarquons que la photo fétiche apparait toujours:

running gag 4

A l'ouverture des bourses américaines, la tendance s'est inversée, et tout le monde à poussé un soupir de soulagement. Sauf le type de la photo, qui reste égal à lui même. Le running gag continue, à cette différence près que le chroniqueur commence à avoir pigé le truc. A moins qu'il en ait tout simplement marre de changer le titre de ses brèves, le voila donc qui botte en touche:

running gag 5

La conclusion, au final - et mis à part le fait que les bourses ont monté aujourd'hui, est que les investisseurs font n'importe quoi, les marchés sont nerveux à l'extrème et c'est le règne des poulets sans tête. La CAC finit à près de 3% de hausse, sans savoir pourquoi. Mais ceux qui étaient en train de se pendre ont décroché la corde, après tout: pourquoi pas. Ce n'est pas parce qu'une hausse n'est pas convainquante qu'elle ne peut pas faire des heureux!

Cela étant, selon toute probabilité, il devrait donc perdre 4% demain. Hon hon, nous verrons bien.

En attendant, je propose que chacun ici fasse un geste pour ce pauvre chroniqueur, en regardant si dès fois vous n'auriez pas une photo - n'importe quoi d'autre qu'un type à la calvitie naissante devant un bouquet d'écran, un téléphone à l'oreille - une photo qui pourrait être déposée sous licence CC et envoyé à boursorama, l'histoire d'aider ce pauvre chroniqueur à illustrer ses brèves.

 

 
Mouuarf... Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
11-08-2011

Ha-ah! Boursorama rentabilise sa photo! (toujours la même)

Vous noterez qu'aujourd'hui, et là pour le coup, leur article à la une est raccord avec l'évolution du CAC. C'est bien pour eux, ainsi ils n'auront pas à le mettre a jour 3 fois dans la foulée.

EDIT du soir même: MDR! non, en fait ils ont changé leur article, comme vous pouvez le constater en cliquant sur le lien donné. 

joli, tierce: photo rentabilisée
 

... Encore que, si l'on fouille un peu dans les actualités des précédents pages, on trouve des titre type "Rebond des Bourses européennes après une séance noire, l'Asie limite ses pertes(AFP)" qui donnent sur... Hum. Un article mis à jour.

Et les bourses plongent. Toujours. Et le Père Noêl n'existe toujours pas plus qu'hier . Comme c'est triste...

Rendez-vous à 15h heure française pour la suite du spectacle. (argh)

 

 
Juste MDR (jaune, mais MDR quand même) Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
10-08-2011

Celle ci valait une saisie d'écran:

 

crise et rebond douteux

Vous noterez tout particulièrement la concordance subtile entre l'heure de publication de la brève (10h14) et l'heure à laquelle la saisie d'écran à été faite.

Quelques citations de l'article:

"La banque centrale a réussi, par quelques mots, à rassurer les investisseurs", ont commenté les économistes du courtier Aurel BCG.

"La réaction des marchés actions à ce communiqué est impressionnante alors que sur le fond aucune mesure n'a été prise", ont-ils ajouté, indiquant que "la clef reste dans une amélioration des indicateurs économiques".

Profitez en bien car, quelques minutes plus tard, Boursorama l'a retiré ou plutôt, actualisé. Ce qui est d'autant plus drôle, car les cours sont remontés depuis. Nous avons donc à présent:

MDR seconde

 

Juste admirable. J'aime.

EDIT de 11h30: l'article à changé une troisème fois! Je les adoooore définitivement. Mais il n'était plus à la une, donc moins drôle pour la capture d'écran.

 

 

 


 

 
Le temps des c(e)rises Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
09-08-2011

Pas mieux.

(Toujours ces merveilleuses citations piochées sur les brèves de boursorama ) devise shadock

"La tempête continuait de s'abattre mardi sur les Bourses mondiales, gagnées par la peur d'une nouvelle récession aux Etats-Unis et d'une contagion de la crise de la dette en zone euro, une panique qui faisait planer le spectre d'un krach. "C'est un moment horrible, un jour sombre", a commenté Chris Weston, de chez IG Markets à Melbourne. "Les gens agissent dans l'émotion au lieu de regarder la situation de manière rationnelle. C'est une panique générale". Comme depuis plusieurs séances, le climat était très volatil mardi, les Bourses faisant du yo-yo, dans le sillage de Wall Street la veille."

Ils sont meugnons, les investisseurs agissent avec l'émotion: bhah, d'un autre côté, dans l'optique d'un marché affranchi de toute règle de stabilité rationelle, ou le but est de se faire un max de blé en jouant sur les fluctuations de prix, on obtient nécessairement ce genre de chose.

Je ne comprend définitivement pas, ni ce qui les étonne, ni de quoi ils se plaignent.

Dans un genre plus lucide, sur le blog de Paul Jorion, en conclusion d'un billet invité de François Leclerc nous lisons:

"Il n’est pas nécessaire de prédire l’écroulement du système, aujourd’hui ils s’en chargent eux-mêmes ! Rivalisant, en Italie et en Espagne, de mesures destinées à réduire encore plus rapidement le déficit pour mieux précipiter l’avènement de l’effondrement."

 


 

 
WTF? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
08-08-2011

oncle sam et le trésor videCe qui est bien avec les commentaires sur la bourse, c'est qu'ils sont vraiment souvent très autres.

Alors donc, le DJ à l'heure actuelle est repassé sous les 11.000 points, soit une chute d'un peu plus de 4%, tout cela suite donc à l'annonce de S&P de baisser la notre AAA sur la dette des USA à AA+ (ce qui reste pas trop méchant, mais les agences sont bien généreuses avec les autres pays, il n'y à donc pas de raisons.) -- Petite panique sur les marchés, toussa toussa.

Et alors, au milieu de tout ce grand cirque, voilà encore ce que je pioche sur boursorama:

"Les bons du Trésor américains étaient même extrêmement demandés lundi, refuge pour les investisseurs en quête de sécurité dans un environnement très hostile à la prise de risque, à l'image de marchés boursiers en chute."

En quette de sécurité, ils investissent donc dans le truc dont la note vient d'être dégradée, en conaissance de cause et parfaite mesure du fait que la hausse du plafond de la dette est une mesure qui n'équivaut à rien de plus que reculer pour mieux sauter. D'ou la question: sont-ils débiles ou juste suicidaires?

Bon, les USA n'ont pas encore officiellement fait faillite, pas plus que l'Europe, même si le fait que cela ne soit pas officiel ne change rien au marasme total ambiant. Mais quand même... Bon, cela étant, à la lecture des breves d'aujourd'hui, l'impression générale est celle du réveil des poules sur leur barre avec la fouine à la porte. "Ah, mince, on va se faire égorger pour de vrai en fait"

Juste pitoyable.

L'euro a baissé face au dollar, ce qui est également assez autre dans la mesure ou le gros problème actuel est un petit peu quand même l'éffondrement annoncé du système dollar. Mais c'est possiblement un détail qui aura échappé aux investisseurs en quette de "valeurs sures", tiens: je t'en mettrais des valeurs sures. MDR...

Idem pour le pétrole, qui a perdu 14% cette semaine. Juste WTF? Enfin, un truc logique au moins: l'or monte. Et l'on entend, nieh nieh nieh, qu'il pourrait monter jusqu'à 2500$ l'once. Bhah oui, et il va le faire d'ailleurs, puis le dépasser, pas de surprise. On apelle cela une bulle spéculative. Chwanana!

La suite au prochain épisode.

 

 

 
Glaaps Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
08-08-2011

La semaine commence bien, donc, comme convenu: ça déraille un peu partout. Alors, moins que ce que l'on aurait pu craindre, mais bien quand même.

W-S bullJe reste toujours très amusée par les commentaires à deux francs des sites genres boursorama. Genre:

"La baisse des marchés financiers dans la foulée de l'abaissement de la note souveraine des Etats-Unis reflète une inquiétude face au ralentissement de l'économie mondiale davantage que des craintes liées à la dette américaine, selon les analystes."

Parce que, il faut bien comprendr: ça fait depuis le début de l'année que des chiffres pourris ou décevants font suite à d'autres chiffres pourris ou décevants, et, de manière générale, c'est depuis l'été 2007 que la machineest en panne. Alors, comprenez bien, que tout cela arrive au lendemain de l'abaissement de la note des USA sur leur dette est un parfait hasard chronologique, c'est bien sur le ralentissement de l'économie - oui, celui que nous consatatons tous les jours depuis pas moins de 50 mois -qui pose soudaienemtn, là tout de suite, un problème. Mouarf

Je veux dire, à part ça, tout va bien. 50 mois pour se réveiller, c'est ce qu'il faut, enfin, à quelques krach près - puisqu'il y en a eu plus d'un dans la période. Il aurait été plus judicieux de dire "Comme d'habitude depuis 4 ans, c'est la crainte d'une recession de grande ampleur qui fait perdre les pédales aux investisseurs". Ou, à la limite "tout va très bien madame la marquise, tout va très bien tout va très bien."

Je me demande ce qu'ils pensent exorciser - parce qu'il s'agit visiblement d'une sorte de rituelà portée magique - en sortant des trucs pareils. En deux semaines, le CAC à perdu près de 20%, il n'aura donc définitivement pas réussi a repasser les 4000 pts, contrairement au DJ qui a été artficiellement bossté au dessus des 10.000 jusqu'à atteindre les 12.000 + (trop fort). Mais, comme tout cet argent ne seravait à rien de bon, il a tourné en rond et voila qu'il repart. C'est ballot...

Ce qui est rageant reste toujours que tout ce fric virtuel va encore pourir l'économie réelle. Et, à côté de ça, les politiques qui en sont toujours a jouer selon la voix des marchés. C'est une sorte de suicide de groupe à l'échelle mondiale... 

Dans quelques siècles, nos lointains descendants auront bien de quoi de moquer de nous. En attendant, on n'a pas fini de morfler...

 

 
En prévision du bras cassé Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Marwina   
06-08-2011

Nuit du 4 août

radis du 4 aout C'est une manière pour le moins amusante de fêter l'abolition des privilèges. S&P vient d'abaisser la note des USA à AA+, on peut se marrer jaune. Avec perspective négative. C'est bien... Et c'est donc, officiellement, la fin de leur rang de première puissance économique mondiale. Enfin, c'est ainsi que je l'interprète.

Alors donc, le 4 aout, les bourses ont bien plongé. Ce qui est étonnant n'est comme toujours pas qu'elles plongent, mais qu'elles aient attendu aussi longtemps et qu'elles le fassent dans le plus complet désordre. A croire que les cours sont comme une grosse bête stupide qui réagit avec un temps de latence mais comme si c'était au quard de tour.  C'est peut-être le cas...

 Hier, le DJ terminait pourtant légèrement dans le vert en intraday... Il parrait que quelques bons chiffres étaient parrus. Mouhai. Je crois surtout que c'est tellement short et tendu que les investisseurs n'ont plus de certitudes sur ici ou ailleurs, et donc investissent au hasard puisqu'il faut absolument nvestir (une sorte de drogue, comme les jeux d'argent). Mais avec la perte du triple A, la semaine qui vient risque d'être sport.